Accueil
Danse Traditionnelle Réveillon Folk
Yoga du rire & "Danses à rire"
INDIAKA sport IMPRO théâtrale
COLUPA
Technesthésie
Spectacle & Concert & Blagues à domicile
Danse Primitive sur percussions
Café Papote
Chant Rythme Gwendoline Spies
Contact
Liens

         www.colupa.org       
COalition Provinciale LUxembourg belge pour la PAix 
Contact : colupa@gmail.com  -  Tél. 061 31 25 70  ou  063 42 22 30

           


LA GUERRE N’EST PAS UNE FATALITÉ !

 

C’est en proclamant pendant des siècles « Si tu veux la paix, prépare la guerre » que pendant des siècles nous avons eu la guerre. Et nous l’avons toujours !

La guerre engendre la guerre, les missiles, les bombes et les obus ne résolvent rien. La guerre engendre plus de terroristes que ceux qu’elle tue. C’est la défaite de l’humanité et la défaite de l’espérance et de nos attentes.

15.000 armes nucléaires sont réparties entre 9 États et sur les bases de l’OTAN (dont la Belgique). Le président des U.S.A. veut ajouter 54 milliards de dollars à son budget militaire. Pour Steve Bannon, son conseiller, « une 3e guerre mondiale est inévitable, et il en sortira une Amérique victorieuse et purifiée ».

Petit rappel historique

Il y a 100 ans nous étions en pleine guerre mondiale. La « Première » dit-on souvent. C’est oublier que durant cinq siècles l’Europe s’est lancée à la conquête du monde à travers l’invasion coloniale et qu’elle a réussi à s’approprier,   y compris par des génocides, des continents entiers comme l’Australie et l’Amérique (du nord au sud), peuplées aujourd’ hui majoritairement de descendants de colons européens.

C’est en 1916, en pleine guerre 14-18, que Britanniques et Français signent des accords par lesquels ils se partagent le  Proche-Orient  riche  en  ressources  pétrolières  en  y créant des États-nations favorables à leurs intérêts. Provo- quant ainsi des conflits interminables, relayés dès la fin du XXe siècle par les interventions militaires des U.S.A. Une situation chaotique et explosive qui  allait  susciter l’émergence  des  divers  courants djihadistes dans la région.

Aujourd’hui quand les multinationales du lobby pétrolier, de l’extraction minière ou de l’agrobusiness en viennent à susci- ter des conflits armés, des populations entières se retrouvent sur les routes de l’exil. Le triste cortège des migrants n’est pas près de cesser ! Pendant ce temps les pays industria- lisés, dont nous sommes, continuent de tirer profit de ces res- sources naturelles par une guerre économique implacable.

 

À TRAVERS NOS COALITIONS ET NOS ALLIANCES MILITAI- RES, NOUS GUERROYONS LOIN DE NOS FRONTIÈRES POUR COMBATTRE LA BARBARIE ALORS QU’ELLE N’EST QUE « LA RÉPONSE AU TERRORISME DES PUISSANTS »

                                                                                                                            Noam Chomsky

1914  –  2018 :
Bilan d’un siècle de conflits et de massacres

Deux guerres mondiales, fomentées par les nations européennes. Prolongées par la rivalité entre les deux grands frères ennemis : l’Europe de l’Ouest soutenue par ses alliés U.S. La Russie à travers ses alliés et ses régimes successifs.

Guerres de Corée, du Vietnam, d’Algérie, du Liban, d’Afghanistan, de Libye, d’Irak, de Syrie et autres régions du monde. Dans la pure logique néocoloniale: nous sommes toujours prêts à libérer les peuples opprimés et à disposer librement de leurs ressources.

Mais pourquoi si peu de réactions ? Y compris de la part des mouvements citoyens en quête d’un monde meilleur ? Pourquoi si peu d’attention au lien entre guerres et migrations ? Pourquoi ne se soucier que de leurs conséquences chez nous (attentats, insécurité, risques de précarisation), et non de leurs causes ?

Réserver un bon accueil aux migrants ?... Les accords du 18 mars 2016 conclus entre l’Europe et la Turquie, c’est la négation même de toute politique d’accueil. Qui proteste ?...

Encore plus de bombardements de nos F16 en Irak et en Syrie ?... Toujours plus de victimes civiles en guise de signal d’accueil et de bienvenue. Qui proteste ?...

Des gestes symboliques, est-ce à cela que nous sommes réduits dans des pays qui se prétendent démocratiques ?  Le pouvoir appartient au peuple, et le peuple se lamente : « Nous ne pouvons rien faire, cela nous dépasse ». 

La guerre n’est pas une fatalité. Ce sont les hommes qui la font. Qui, sinon eux (sinon nous), pourront la défaire et nous en libérer ?...


COLUPA
© 2019